Le violon reprend du service

Une chronique d'évasions littéraires

sur la révolution du klezmer 



violon nomade, jpeg


Avis



Je dois dire qu'avant de lire ce roman, je n'avais aucune idée de ce qu'était un klezmer et je pense ne pas être la seule. Aux côtés d'Elijah, je n'ai pas appris seulement la définition de ce terme, mais c'est tout un voyage initiatique que j'ai eu l'occasion d'effectuer. L'auteur nous emmène au gré de la musique et des rencontres de son protagoniste dans différentes régions, avec leur vision de la vie, de la politique et des traditions.
C'est un réel voyage voire une quête qui nous est proposée ici. Elijah se laisse porter par la vie et ce qu'elle a à lui offrir, cherchant par là même à savoir qui il est, ce qu'il veut et ce qu'il cherche. Les différentes rencontres qu'il va faire vont nous apprendre beaucoup de choses sur lui, sur les autres et surtout sur les mouvements qui commencent à naître partout en ces prémices de la deuxième Guerre Mondiale. 

Sur fond de climat tendu, d'idéaux politiques et de racisme, l'histoire nous emporte au coeur de cette période troublée avec simplicité et justesse. L'auteur réussit à nous faire ressentir au plus profond de nous-mêmes ce que vit Elijah et sa quête d'identité. L'acceptation de qui il est et d'où il vient sera le seul moyen pour lui d'avancer et de se retrouver lui-même au bout du chemin, pour enfin s'aimer et donner de l'amour à ceux qui l'entourent.

Pour cela, plusieurs personnes vont l'aider, certaines par leur amitié ou leur amour, d'autres par leurs réactions dures et hostiles. Tous mettront une pierre à son édifice que nous verrons se construire au fil des pages. Entre poésie, joies et douleurs, ce roman nous embarque pour ne plus nous relâcher avant le chemin terminé. 



En bref, ce livre nous permet un moment d'introspection et nous conduit sur un chemin de réflexion intéressant dans une époque de notre histoire troublée et troublante.






Imprimer cette page

Commentaires