Articles

Affichage des articles du 2019

Plus besoin de loupe

Image
Un pays, une communautéLe livre est édité en gros caractères depuis le 12 décembre 2019.
Bonne fêtes

Le violon reprend du service

Image
Une chronique d'évasions littérairessur la révolution du klezmer 



Avis

Je dois dire qu'avant de lire ce roman, je n'avais aucune idée de ce qu'était un klezmer et je pense ne pas être la seule. Aux côtés d'Elijah, je n'ai pas appris seulement la définition de ce terme, mais c'est tout un voyage initiatique que j'ai eu l'occasion d'effectuer. L'auteur nous emmène au gré de la musique et des rencontres de son protagoniste dans différentes régions, avec leur vision de la vie, de la politique et des traditions.
C'est un réel voyage voire une quête qui nous est proposée ici. Elijah se laisse porter par la vie et ce qu'elle a à lui offrir, cherchant par là même à savoir qui il est, ce qu'il veut et ce qu'il cherche. Les différentes rencontres qu'il va faire vont nous apprendre beaucoup de choses sur lui, sur les autres et surtout sur les mouvements qui commencent à naître partout en ces prémices de la deuxième Guerre Mondiale. 

Une première

Image
Présentation musicale de mes romansAvec Tika Lefebvre, chant et guitare.





Un cercle restreint mais joyeux. Vendredi 22 novembre 2019, à la librairie Tapuscrit, Montpellier, Tika et moi avons présenté les cinq livres, sur le thème de la voie de l’errance. Nous avons choisi un répertoire nomade, invitant à nous suivre sur la route des rêves, de la nature et de la liberté. La guitare, mandoline et son aînée, la mandole, ont accompagné la belle voie de Tika. En raison des intempéries et d’autres programmations, nous nous sommes retrouvés peu nombreux. C’était pour moi une première et j’ai apprécié de partager ce moment musical et convivial. Merci Tika. Cela nous a donnés envie de rééditer le concert. Si cela vous dit, faites-nous signe.



Un pays de bonnes surprises

Image
Chroniques de Lee HamEncore un beau commentaire. Merci
La vie est faite de choix. Choix qui définissent la personne qui les fait. Des choix qui ne peuvent pas plaire à tout le monde. Des choix qui sont parfois un rite de passage. Des choix qui affirment une certaine indépendance. Laurent en a fait un: vivre dans une communauté. Est-il prêt? Qu’en pense sa famille? Cette communauté choisie est-elle prête à le recevoir?
Un pays, une communauté est le récit d’un homme qui se cherche. Une recherche difficile face à certaines personnes. Face à la famille. Face à des restes d’éducation traditionnelle. Une recherche qui révèle toute la difficulté à être différent. Pour son plaisir. Pour son bonheur. Pour soi-même. Pour se retrouver. Aimer la nature, les promenades solitaires ne suffisent pas à tirer un trait sur tout et à se perdre dans une communauté. Bien loin de là. Laurent nous entraîne dans sa vie. Dans ses choix. A la recherche de réponses à ses questionnements.
Un pays, une communauté so…

La caravane passe. Elle dépose en route de superbes cadeaux

Image
Deux nouvelles réactions sur le choix de Firuze Cette chroniqueuse, tout comme Cathy Le Gall et Gabrielle , aura commenté l'ensemble de mes bouquins. Un grand merci Lee Ham


L’amour fait souvent fi des contingences humaines. Il frappe deux cœurs au hasard des rencontres. C’est ce qui arrive à Firuze et Alim. Amoureux, leur sentiment n’est pas reconnu par leur entourage. Leur crime? Etre musulmans, mais pas de la même confrérie. Leur vie est menacée et les deux tourtereaux doivent lutter pour faire reconnaître leur amour. Le choix de Firuze commence comme un conte de fée et devient une véritable quête du bonheur. Faut-il négocier ou se cacher? S’exiler ou divorcer? Devant ces choix cornéliens, nos deux tourtereaux prennent la route de l’exil. L’exil à travers le Proche et le Moyen Orient à la recherche d’un avenir. A la recherche d’une vie. Dans une région détruite par les guerres religieuses intestines. Par les différents courants religieux naissants. Ajoutant ainsi à leur désespoir, …

La voie du coeur

Image
Nouvelles chroniques sur la voie de l'errance






Le commentaire de Cathy : COUP DE CŒUR!Naranbaatar, un jeune Mongol du désert de Gobi, doit quitter sa famille pour se rendre à l'école rendue obligatoire par les Chinois. Ne se faisant vraiment pas à tout cela, le jeune garçon de neuf ans décide, accompagné de trois de ses camarades, de fuir l'école afin de retrouver leurs familles. La fugue des trois amis va durer beaucoup plus longtemps que prévu, ils vont devoir faire face à beaucoup d'épreuves, la quête ne fait que commencer pour trouver leurs voies.
Coup de cœur pour ce roman, je me trouve tellement chanceuse d'avoir pu lire un roman comme celui-ci. J'ai passé un moment de lecture très fort, j'ai eu l'impression de vivre l'aventure au côté de Naranbaatar, Sukbataar et Kushi. Ces jeunes enfants en quête de liberté, malgré le prix qu'il va leur falloir payer pour cela. La voie de l'errance est un voyage initiatique où les trois amis vont appre…

Actualité sur mes romans

Image
Nouveau roman?


Oui, mais en correction. Le thème sera celui des réfugiés en recherche d’une nouvelle terre.
En attendant, je m’occupe de la diffusion des cinq livres publiés. Aussi, plutôt que de faire à chaque chronique un nouvel article, je complète les précédents et les envoie sur les pages Facebook qui leur sont dédiées. Je vous invite à consulter les articles de ce blog pour connaître l’état de la diffusion.
Merci

Jean-Luc

Un concerto de chroniques

Image
La révolution du klezmer
Le violon glisse sur la douceur des critiques






Chronique de la lectrice compulsive
https://lalectricecompulsive.home.blog/2019/08/19/la-revolution-du-klezmer-de-jean-luc-bremond-service-presse/

Je remercie énormément l’auteur,
5 sens éditions et simplement pro.
La couverture est en accord avec le roman,le klezmer est une tradition musicale instrumentale des juifs ashkénazes(juifs d’Europe centrale et orientale).
Nous sommes en 1925 et Elijah voyage de village en village avec son violon afin de proposer ses services de musicien.
Nous plongeons au coeur de la Transylvanie Roumaine et à la découverte de sa culture,c’est passionnant!J’ai apprit beaucoup avec ce livre.
L’époque ou évolue Elijah est une période trouble, la pauvreté, la violence, l’extrémisme,le racisme..sont partout il va rencontrer de nombreux personnages sur sa route, on peut dire que ce voyage est pour lui une quête initiatique , chaque personne qu’il va rencontrer va changer son destin, chacun à leur mani…

Une caravane de commentaires

Image
Le choix de Firuze Une danse de réjouissance et de liberté


Commentaire de Cléa Faqui
Citation: « Il cherchait à établir une confrérie pour écrire, méditer, prier et favoriser les échanges scientifiques afin que, à l’instar d’un arbre généreux, elle se ramifiât dans tout le Khorasan. »
.
Avis: Ce roman est clairement un COUP DE CŒUR ! J’ai aimé du début à la fin ! J’ai appris tellement de choses sur l’époque, j’ai adoré l’idée de citer des poèmes musulmans au début de chapitres. L’évolution des personnes a été vraiment excellente. L’auteur m’a fait voyager, j’ai eu l’impression de vivre ce périple avec les personnages. Ce n’est pas vraiment mon style d’histoire, ce qui m’a vraiment surprise, de plus, la plume de l’auteur nous permet une lecture fluide. J’étais comme hypnotisé, impossible de lever mes yeux du livre ! Si vous voulez voyager, en apprendre sur l’Iran, ou encore sur l’Islam du Moyen Âge je vous invite à lire ce roman. Un auteur à surveiller ! .
https://www.instagram.com/p/B1RT…

La peau du tambour se tend à nouveau pour faire retentir ses critiques

Image
Le chant du tambour
Le battement du cœur de la terre simple et sereine  





La lectrice compulsive
La couverture du roman représente bien l’atmosphère du roman, tout en simplicité.
Ce roman est absolument divin, poétique,on apprend énormément de choses.
Achack est un jeune Indien, âgé de treize ans il doit entreprendre un voyage initiatique.La quête de vision
est expliqué simplement sur ce site:https://www.arizona-dream.com/
« La Quête de vision ou hamblechia, est un des deux grands rites révélés. Quand il part implorer une vision, l’Indien se retire sur une colline ou dans un bois, à l’écart du monde, pendant quatre jours et quatre nuits dans une fosse creusée dans le sol, pour véritablement se donner à toutes les forces et s’offrir aux esprits.(…) »
Achack par donc à la découverte des terres alentours, il doit aussi rencontrer d’autres personnes…
J’aime beaucoup ce genre de roman et celui-ci est de toute beauté,un grand moment de poésie.
Il pose aussi beaucoup de questions sur le mode de vie …

Un crachin de critiques. La pluie est tiède et bonne; je rentre le parapluie

Image
Un pays, une communauté
Entre envie de rébellion et frustration, la libération 
Critique de luciled18Ce fût tout d'abord la belle couverture puis le résumé intrigant qui me donnèrent envie de lire ce livre parfois à la limite de l'ésotérisme et du mystique. La plume de l'auteur est très agréable et l'on suit Laurent de la fin de son adolescence jusqu'à ce qu'il soit devenu plus serein et père à plusieurs reprises.
Cette lecture a été pour moi sous tension car tout le récit est tendu à cause de la souffrance évidente du personnage principal qui oscille entre envie de rébellion et frustration liée à sa grande inhibition. Laurent est effectivement tourmenté et l'auteur parvient avec brio à nous livrer un récit chaotique, le juste reflet du personnage qu'incarne Laurent et son désarroi. Pour ma part, lors de la lecture il a parfois été complexe de remettre les différents protagonistes (frères ou autres). le lien avec sa famille est raconté de manière épistola…

Du caravansérail au col assoiffé

Image
À la découverte de mon nouveau livre
Un extrait du roman: le choix de Firuze.
La caravaneDans les montagnes d’Iran, à haute altitude, une petite ville subit les assauts du froid. Ses murs sont surélevés au souvenir des invasions mongoles. Les habitants patientent l’hiver devant l’âtre, par divers artisanats et de longues veillées. Les caravanes ne passeront pas ! Le bazar attendra le printemps pour fleurir de marchandises. Malgré la neige abondante, un vieillard, presque nu et la peau virant au violet, se tient au-dehors. Le corps embrasé de la chaleur du présent, après une longue vie d’errance, il revient chez lui pour renaître à nouveau. Avant de pénétrer l’enceinte de la cité et honorer ce qui lui reste de parenté, il chante au vent du silence le contentement. Il prend son grand tambour, le bat en un son ininterrompu et fredonne un poème d’Al-Jîlânî (Pour les auteurs des poèmes, voir les notes en fin de roman.) Louable est mon ivresse, licite est le nectar, dont la vigne et son fruit…

Un choix douloureux

Image
Extrait du roman le choix de FiruzeAu moyen Âge en Orient 


DétourAux confins de l’Anatolie, entre deux chaînes de montagnes s’élevant de la steppe semi-désertique et parsemée de quelques volcans, les bassins renferment des bourgades concentrées à proximité des sources d’eau ; des femmes, accueillies dans la maison de leur maître, vivaient dans l’une d’elles en couvent ; un fait exceptionnel en terre d’Islam. Leur mari et leurs bambins habitaient à l’extérieur, dans des appartements loués dans le village, ou bien dans les quelques dépendances mises à disposition. Point de mosquée, ni de dôme sous lequel reposerait leur inspiratrice Rabi’a, puisqu’elle était morte plusieurs siècles auparavant, mais une pièce polyvalente servant à la fois pour les prières et les repas. Les sœurs avaient mis à disposition une grange pour l’instruction des gamins des membres et des villageois. Qu’il soit élève, pèlerin, visiteur ou simple passant, le gîte et le couvert y était gratuit. L’une des Soufies, en…

Perdu en montagne

Image
Un chapitre du roman: un pays, une communauté https://www.lysbleueditions.com/produit/un-pays-une-communaute/ Bonne lecture


Limites
La détente est l’amie du corps et de l’âme. Quand une personne la trouve, dans un environnement dépourvu de tensions et riches de distractions, elle irradie de bonheur son corps jusqu’alors crispé ; ainsi il relâche intérieurement, confiant pensées et résistances au vent. La trouve-t-on seulement dans la fuite du champ de bataille ? Si elle est associée au souffle, alors elle est présente dans l’action comme dans l’inaction. Son coin de prédilection est le silence dans les gestes et la voix. Pour la communauté, où le lieu de travail et l’habitat ne sont pas séparés, la suspension s’impose dans les journées, tels les silences sur une partition. Pour que la mélodie soit agréable à jouer et à écouter, un équilibre est à trouver. Se limiter au minimum pour sa tranquillité, la tension grandit alentour ; exceller dans la générosité, la détente nous comble et con…