Articles

Comment définit la non-violence aujourd'hui?

Image
Ne pas fuir le conflit, mais le traverser avec dignité.


La non-violenceUn « non » au viol de la personne dans son intégrité; la mienne, celle de mes proches, mes voisins et plus largement celle des habitants de mon pays et du monde encore inconnu. La violence engendre la violence et isole celui ou celle qu’elle vise ; un acte courageux pour lui faire barrage développe la solidarité.
La non-violence n’est en aucun cas une attitude de passivité. Celui ou celle qui en use, dénonce les actes injustes, en essayant de ne pas piétiner son auteur, par la force et la diffamation, les armes du violent.
La non-violence est toujours à inventer. L’humour en est son vêtement, l’intelligence son squelette, la dignité ses tripes, le respect son cœur et la bienveillance son sang.
Se battre pour défendre sa vie et les vivants, l’exigence de notre passage sur terre, nous rend résiliant. Fermer les yeux et les oreilles sur les cris des souffrants, creuse peu à peu notre tombe de l’oubli.

Je n’ai pas connu…

Un pays, une communauté

Image
La traversée entre l'art et l'action
Une aubade à l’inspiration artistique qui transforme rencontres et difficultés en révélation profonde sur l’existence. Ce roman est une tentative d’interprétation non-exhaustive du sens de la vie commune dans une société qui pousse à l’individualisme. Bien qu’il relate mon expérience dans un petit pays, une culture chargée d’histoire et porteuse de nouveauté, elle est une pure fiction, tant pour les protagonistes que le lieu et évènements. Je l’ai écrite pour exprimer mon intériorité et remercier la source d’inspiration et d’improvisation qu’est la vie en communauté.




https://www.lysbleueditions.com/produit/un-pays-une-communaute/?fbclid=IwAR3D5FsJYmf5ab2mDMXixM__1ell_g12OpjckFT2K6q4Lb781wKJpuR2E2A

Comme un avant-goût des deux plats orientaux et bretons

Image
Sortie en juillet de deux romans Voici les couvertures de chacun des livres. Des monts du Zagros à la grotte des Korrigan









Un bon mois de juin plein de chaleur et de détente

Deux romans sortiront dans les prochains mois. À suivre...

Les livres
À découvrir

Le choix de Firuze
Au Moyen Âge, entre la Mésopotamie et l’Iran, deux jeunes gens se rencontrent au sein d’une caravane, alors perturbée par un méditant soufi obstruant le passage. Pour se marier, ils omettent de dévoiler leur appartenance à chacun des deux courantsqui divisent l’Islam ; mais le secret est découvert. Afin de ne pas répudier Firuze, comme l’exigent les oncles de son épouse, Alim est contraint de fuir avec elle. La dignité de femme libre exige des sacrifices. Commence un chassé-croisé teinté d’attente et de malheur.

Un pays, une communauté
Laurent, le douzième d’une famille pauvre de marins bretons, rebelle à son éducation et extrêmement inhibé, aspire à vivre en communauté. Dans ce pays, il traverse les saisons de l’introspection, du dévouement, de la créativité, des actions et des découvertes, durant lesquelles il sort de sa réserve. Il se heurte toutefois à la dureté des relations mais aussi à leur riche originalité. Alors qu’il se découvre être un…

Une périlleuse expédition

Image
La voie de l'errance
Bonne lecture en ce mois de mai.




La chute
Le soleil atteignait son zénith, un disque éblouissant surplombant les sommets dégagés, blancs sur une toile azurée. Les voyageurs empruntèrent le sentier qu'ils avaient dû quitter le matin même, un raidillon bordé d'un remblai de pierres, un mur de soutènement pour le consolider, un chemin de caravaniers qui conduisait à une longue crête aiguisée. Ils admirèrent le travail titanesque du peuple des montagnes. Passé quatre mille mètres, outre le froid, la lumière aveuglait et l'oxygène se raréfiait. Les garçons retrouvaient les symptômes qu'ils avaient oubliés : gonflement des mains et du visage, vomissements, maux de tête, essoufflement. Pourtant habitués aux saisons extrêmes du désert de Gobi, ils développaient divers signes inquiétants : engelures, déshydratation, enflure des pieds et des chevilles, une réaction à l'altitude trop élevée. Mais d'autres signaux préoccupaient davantage Champo : leur…

Le sac médecine, légende amérindienne et témoignage de vie

Image
Le chant du tambour
En espérant qu'il vous donnera envie de lire l’histoire d’Achachak au complet



L’échangeAchachak s’arrêta de jouer, le vieil homme se tourna vers lui.
« Ici il n’y a plus de rivaux, seulement des frères unis par les sons de la terre, des corps anéantis, mais des âmes libres. Continue à jouer aigle courageux, ta médecine est bonne et forte. Tu es le seul parmi nous à avoir un tambour, tu vas accompagner nos prières, tu vas nous aider à garder le lien avec la Mère terre. Que contient ton sac-médecine ? »
Surpris par la question, Achachak toucha machinalement son sac comme s’il en découvrait pour la première fois la signification.
« Une plume de geai bleu, je l’y ai mise avant d’avoir eu ma vision, comme mon père me l’avait demandé, répondit le jeune homme d’un air coupable.
– Tu dois y mettre des herbes, foin d’odeur pour le nord, tabac pour l’est, cèdre pour le sud et sauge pour l’ouest, ne le savais-tu pas ?
– Il en contient déjà, s’impatienta le garçon.
– Tu devras y …

Dans un camp tsigane, le rire, la musique et le chant

Image
La révolution du klezmer
En espérant qu'il vous donnera envie de lire le roman au complet 

L’humourDoyna, comme tu sonnes à mes oreilles, Doyna...
Doyna, Je n’oublierai pas ton son, Doyna...
Doyna, Doyna, un chant tzigane joyeux, Doyna...
Doyna, toujours jeune, toujours nouvelle, Doyna...
À travers les champs, à travers l’herbe, courent les moutons, courent les lièvres, Doyna... Il y a un petit oiseau qui vole et embrasse deux beaux yeux, Doyna... Des yeux noirs comme deux pommes, j’embrasse ma chère petite tête, Doyna... Des lèvres en soie comme des crolles, des joues rouges comme des
abricots, Doyna...
Chantent les champs, fleurissent les fleurs, ma fille est revenue,
Doyna...
Rit mon cœur et chante mon violon un chant tzigane, Doyna...
C’est arrivé après deux semaines que mon cœur tzigane s’est cassé, Doyna... Seulement, il joue du violon, toujours pleurer, toujours jouer,
Doyna…


Les rayons ardents du soleil réveillent Elijah et Istvan endormis à même la terre. Ils se redressent, fatigués et co…